© François de Verdière - 2001-2020 ADAGP


François de Verdière

Apres avoir commencé le travail sur le fixé (on travaille la peinture sur la vitre à l'envers), dont Aude Minart m'avait montré les réussites des artistes africains, j'ai travaillé sur l'exploration maritime puis sur le printemps.


La série "Vitrail Marin" est née de la difficulté de travailler ma peinture et alors que Matisse qui avait les mêmes soucis de santé (les doigts et les mains n'étant plus aussi agiles)  s'était porté vers le découpage, j'ai voulu combiner le trait, la peinture les collages et créations numériques.


Curieusement, j'ai été attiré vers le cloisonnement géométrique, sans penser à Mondrian. Et je retrouve curieusement, la même  scénographie dans la mise en scene de l'Opéra Manon Lescaut, produit cet hiver à Paris. Les modèles seraient-ils récurrents?


Les images numériques proviennent de deux sources :
- de tas de cordages de marine sur les quais des ports
- de rochers bretons de granit et de schiste

Les collages viennent des sources des cartes bathymétriques du Commandant Brenot que j'ai reprises à l'aquarelle.

Dessins et peintures acryliques et aquarelle. Un travail assez compliqué et très précis; alors que mes doigts ne le sont plus, car il faut tout travailler à l'envers et la fin vient en premier!

Vitrail Marin